Historiens et archéologues : quels usages des textes ? Compte-rendu de la Journée des doctorants du Craham (17 mai 2017)

Comme chaque année, plusieurs doctorants du Craham ont présenté leurs travaux à l’occasion d’une journée d’étude où étaient conviés l’ensemble des membres du laboratoire, mais aussi des étudiants en histoire de l’université, de la licence 3 au doctorat. Quatre communications ont été proposées autour d’une thématique imposée, celle des rapports aux textes qu’entretiennent les historiens et les archéologues. Deux archéologues (Julia Pacory et Diane Rego) et deux historiens (Louis Chevalier et Fabien Paquet) ont présenté une partie de leurs travaux de thèse pour tenter d’apporter des pistes neuves sur ces questions.

Avranches, BM, ms. 216, f 15. Ordinarius monasterii Montis Sancti Michaelis. XIV-XVe s.

Avranches, BM, ms. 216, f 15. Ordinarius monasterii Montis Sancti Michaelis. XIVe-XVe s.

Louis Chevalier a proposé une communication intitulée : « Les textes liturgiques dans l’étude des pratiques religieuses médiévales : présentation du Liber ordinarius, et analyse de deux manuscrits liturgiques du Mont Saint-Michel (XIVe-XVe siècles) ». Le Liber ordinarius, livre liturgique de nature perpétuelle et directoire pour la célébration des offices et de la messe du temporal et du sanctoral, donne des indications sur tout ce qui forme une liturgie : les chants, les lectures et les prières, les gestes et les déplacements du célébrant, la disposition des espaces voués au culte. À ce titre, il constitue une source précieuse pour des travaux de recherche en histoire des pratiques religieuses. La communication a mis en exergue, à l’étude de deux ordinaires liturgiques médiévaux du Mont Saint-Michel, les particularités de ce livre, et les enseignements des sources liturgiques pour l’histoire des textes, concernant les transformations, les contaminations et la diffusion des textes. Ces réalités textuelles éclairent en retour des phénomènes liturgiques importants : ainsi, par des comparaisons et par constitution de son stemma fontium, nous pouvons déceler dans un texte liturgique, des influences, et par là même des parentés avec d’autres établissements religieux, relativement au culte des saints ou au répertoire des chants par exemple. En outre, une étude génétique des remaniements opérés sur un texte liturgique, qui témoignent des transformations successives de la liturgie, nous permet de reconstituer des états anciens de la liturgie, et de rendre la teneur de chaque évolution, mais aussi d’éclairer l’histoire des manuscrits eux-mêmes : ainsi Louis Chevalier s’est-il interrogé sur la relation des ordinaires jumeaux du Mont Saint-Michel, copiés à des époques très proches et présentant un texte liturgique presque identique. Furent-ils utilisés simultanément ? Ou bien le plus ancien ne fut-il conservé qu’en raison de son importance pour l’histoire de la législation liturgique du Mont ? L’un fut-il la source de l’autre ? Plus largement, le but est de préciser dans le contexte de quelles réformes monastiques ces ordinaires ont pu être copiés, pour dater et caractériser la liturgie qu’ils présentent.

Fabien Paquet s’est demandé si un compte pouvait être considéré comme un texte comme un autre à partir de l’exemple du compte de Jean le Cuillerier pour l’abbaye de Fécamp (1420-1422). Bien qu’écrit, la logique d’un compte est, dans notre esprit, tout autre que celle d’un texte narratif par exemple. Point d’« auteur » mais un « comptable », ou, pour le dire avec un mot plus courant au Moyen Âge, un « receveur », général ou non. Point de subjectivité, mais, normalement, une objectivité un peu froide. Restent, quand même, des mots, des phrases plus ou moins longues, parfois des explications rédigées dans de courts paragraphes, dans le corps du compte ou dans ses marges. Fabien Paquet a exploré ces questions à travers le cas d’un compte mal connu, certainement à cause de mauvais référencements dans les inventaires des Archives départementales de la Seine-Maritime. Car le compte de Jean le Cuillerier, réalisé en 1420-1422, mérite d’être sorti des cartons. Commandé par le pouvoir anglais quelques mois à peine après le traité de Troyes et donc, quelques années après la campagne de 1415, il est un témoin du passage à la domination anglaise dans une des plus grandes abbayes normandes, qui est aussi une forteresse – elles sont trois majeures à être dans ce cas : Fécamp, Le Bec et Le Mont Saint-Michel. Son étude permet de voir comment les moines gèrent la guerre puis l’occupation de Jean Falstaff, capitaine de Fécamp, et de ses hommes ; d’étudier alors comment le pouvoir se recompose au sein du monastère, d’autant plus que l’abbé d’alors, Estout d’Estouteville, était clairement hostile aux Anglais. Tous ces aspects seront développés dans sa thèse de doctorat qui porte sur les abbés normands et les pouvoirs politiques du XIIIe au XVIe siècle. Sur un tout autre registre, le compte de Jean le Cuillerier est aussi très précieux par sa composition et par les détails de son établissement, qu’il dévoile progressivement. Après avoir proposé une présentation codicologique du compte, Fabien Paquet a dressé une typologie des « textes » présents dans le manuscrit, soulignant notamment l’intérêt que pouvaient avoir les annotations justificatives de telle dépense, de telle recette ou de telle perturbation dans le travail du receveur. Il est enfin revenu sur la question de savoir si le compte avait un auteur, en examinant les rôles respectifs du receveur, du pouvoir royal (autorité de commande), des auditeurs et des moines (qui étaient alors divisés à cause des choix politiques de leur abbé). Finalement, à la question de savoir si le compte est un texte comme les autres, Fabien Paquet a répondu oui dans la mesure où sa question de base était forcément biaisée. Évidemment, il faut l’utiliser avec la même méthode que bien d’autres textes, c’est-à-dire en le prenant pour sa particularité dans le cadre d’un genre très codifié – comme c’est le cas par exemple des annales, des rotuli, dans des genres très différents. Il est un texte comme les autres au sens où il est différent de tous les autres.

Julia Pacory a présenté une communication intitulée « Les sources écrites en archéologie funéraire. L’exemple de la nécropole de “Michelet” à Lisieux (IVe-IXe siècles) ». Le travail entrepris par le passé sur la ville de Lisieux dans la compréhension de son histoire montre bien l’importance d’une multidisciplinarité. En étudiant et en prenant en compte à la fois les données archéologiques (des découvertes des antiquaires de Normandie, jusqu’aux fouilles actuelles), mais aussi les données textuelles (La guerre des Gaules de Jules César, extrait d’un compte du XVe siècle) ou bien encore iconographiques et cartographiques (table de Peutinger, carte de Cassini, cadastres, photographies de la reconstruction de la ville suite aux bombardements), restituer une partie de l’histoire d’une ville, même pour les périodes où les textes écrits sont rares, semble alors possible. Ainsi, pour répondre à la question : « l’archéologue doit-il se confronter aux textes ? », Julia Pacory a fait apparaître, à la suite de l’étude de la ville de Lisieux, que le travail de l’archéologue ne peut se passer de l’histoire et de l’analyse des textes, que cette dernière soit réalisée par lui-même ou par des historiens. La seule précaution à observer, aussi bien de la part de l’archéologue que de l’historien, est de ne pas vouloir faire correspondre les données à tout prix. Parfois et même plus souvent qu’on ne le pense, les données archéologiques ne s’accordent pas toujours parfaitement avec les informations présentes dans les textes. D’après ses recherches et sa propre expérience, une collaboration entre historiens et archéologues est nécessaire lorsque l’on travaille sur des périodes historiques sans ou avec peu de sources écrites. En outre, l’archéologue doit dans ce cas se référer à toutes les spécialités avec lesquelles il travaille (palynologie, carpologie…) pour tenter de pallier divers manques liés aux périodes et aux thématiques étudiées. De ce fait, Julia Pacory a proposé de remplacer dans l’intitulé d’une telle question le terme de « confrontation » par « collaboration » ou « combinaison des données » des disciplines. En effet, même si ces deux matières s’appuient sur des matériaux d’analyses différentes, elles ont la même finalité : redécouvrir le passé.

Diane Rego, enfin, s’est interrogée sur la confrontation avec les sources écrites dans une étude archéologique portant sur la distinction sociale au Moyen Âge. Sa thèse de doctorat s’est construite à partir du cas de la maison « aristocratique », fouillée dans le hameau de Trainecourt (Grentheville, dép. Calvados). Cet exemple lui permet d’examiner la strate sociale entre seigneurs et paysans, de réfléchir à la possibilité de caractériser le niveau socio-économique d’un habitat fouillé et de s’interroger sur les potentialités d’interprétation des données archéologiques. Au sein de ces recherches, la confrontation avec les sources écrites se fait à plusieurs échelles. D’abord, Diane Rego explique avoir choisi d’employer le terme « élite » et non « aristocratie » ou « noblesse », ces derniers désignant des catégories dont les éléments de définition – l’ascendance familiale d’un individu, son obtention d’un titre ou l’étendue de son patrimoine foncier, etc. – ne sont pas des critères perceptibles à travers les vestiges de fouille. De la même manière, l’identité des individus composant la strate sociale intermédiaire a été documentée par plusieurs historiens (F. Menant, L. Feller, etc.). Même s’il est indispensable que nous connaissions ces personnages, il est encore une fois impossible de déterminer la fonction précise d’un individu au travers des vestiges archéologiques d’une maison. À une autre échelle, les archéologues anglais ont pris l’habitude d’apposer les termes trouvés dans les sources écrites à des vestiges fouillés, sans qu’il y ait de réelle preuve ou démonstration (ex. des concepts comme longhouse, pantry ou buttery…). Elle rapproche cette pratique de celle de F. Hautefeuille qui tente d’associer les vestiges fouillés à des individus mentionnés dans les compoix. Des difficultés naissent de ces approches, car la précision des sources écrites ne correspond pas à la réalité matérielle des données archéologiques, qui finissent par être traitées comme secondaires. Au sein du projet collectif de recherche « Trainecourt » mené par Claire Hanusse, Marie Casset a étudié les sources écrites et a constaté que les mentions sont rares et à une échelle différente ; on n’obtient aucune information sur le hameau ou sur le statut social de ses habitants. En conclusion, Diane Rego estime que pour faire exister un dialogue dynamique entre sources écrites et archéologiques, historiens des textes et archéologues doivent d’abord questionner leurs données avec leurs grilles de lecture puis passer à un échange indispensable.

Comment citer cet article : Craham, « Historiens et archéologues : quels usages des textes ? Compte-rendu de la Journée des doctorants du Craham (17 mai 2017) », dans Les Échos du Craham, 29/06/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1265, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *