Bilan du colloque de Cerisy : Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales. Imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600 (31 mai-3 juin 2017)

Le colloque « Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales » a rassemblé au Centre culturel de Cerisy-la-Salle, autour du thème des créatures marines, des spécialistes de disciplines variées, soucieux de voir compléter leur propre réflexion par les apports d’autres domaines. La réunion a largement répondu à cette attente tant lors des débats que pendant les nombreuses discussions en anglais et en français lors des repas et des pauses, sous le bienveillant soleil de Cerisy. Le colloque était organisé par le Craham (Marie-Agnès Avenel, Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard, Thierry Buquet), avec notamment le soutien du Muséum national d’histoire naturelle de Paris (UMR 7209, représentée dans le comité d’organisation par Benoît Clavel, archéozoologue) et du GDRI Zoomathia. Les autres partenaires furent l’OUEN, l’université de Caen et Caen-la-Mer.

Valenciennes, Ms. 320, f. 130. Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, dernier quart du XIIIe s.

La raie. Valenciennes, Ms. 320, f. 130. Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, dernier quart du XIIIe s.

Après une présentation des travaux menés à l’université de Caen au sein du Craham par les organisateurs du colloque (programmes Ichtya et Dyrin), ce sont les spécialistes de littérature qui ont ouvert les débats autour de récits médiévaux celtiques (Natalia Petrovskaïa, littérature galloise) et des vies de saints (Cécile Rochelois, saint Godric de Finchale en Angleterre). Il est apparu que la littérature hagiographique pouvait être une source intéressante pour la connaissance des poissons au Moyen Âge : les espèces citées dans un récit empreint de merveilles et de miracles correspondent bien à celles effectivement trouvées dans les écosystèmes de la région où se déroule le récit (fleuve, estuaire).

Visite de l'abbaye d'Hambye

Visite de l’abbaye d’Hambye

Puis, nous avons été chaleureusement accueillis à l’abbaye d’Hambye que nous avons visitée après avoir écouté une conférence sur la représentation iconographique des créatures hybrides partiellement humaines, poissons-chevaliers, poissons-moines/évêques et sirènes allaitantes qui a ouvert nombre de perspectives. Jacqueline Leclercq-Marx nous a ainsi présenté une brillante synthèse de 20 ans de recherches sur les monstres marins médiévaux, dans la perspective d’une faune marine venant en contrepartie des espèces terrestres. La conférence de J. Leclercq-Marx est disponible en audio sur la Forge numérique de la MRSH de Caen, ainsi que son diaporama, téléchargeable au format PDF (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4663).

Le soir, une autre conférence, elle aussi richement illustrée, a inauguré la partie du colloque consacrée aux problèmes d’identification et de classification en présentant sous l’angle de l’éthologie les pieuvres et seiches, animaux largement fantasmés dans la littérature et l’iconographie. Nous avions invité un professeur de biologie comportementale de l’université de Caen, Ludovic Dickel, spécialiste reconnu de ces céphalopodes. L’objectif était d’aborder la zoologie et la biologie, ainsi que l’éthologie et le comportement animal, thèmes très porteurs et très novateurs, non seulement dans leur champ disciplinaire, mais également dans le débat public.

Cette réflexion s’est poursuivie le lendemain par plusieurs communications autour du morse et de la baleine, où la question de l’identification zoologique précise des espèces décrites dans les textes a été souvent évoquée, notamment dans une enquête sur l’identification d’un mammifère marin ennemi de l’ours blanc (Olga Vassileva), puis dans une autre sur les noms du morse dans les langues norroises (Alban Gautier et Maxime Delliaux) ; enfin, à propos des rares animaux marins septentrionaux mentionnés dans l’encyclopédie de Thomas de Cantimpré (XIIIe s.). Les savoirs encyclopédiques dans l’histoire naturelle ont trouvé un prolongement au XVIe siècle, avec la communication de Sophia Hendrickx sur les classements taxonomiques des monstres marins chez Konrad Gessner. Nos savoirs sur les mammifères marins au Moyen Âge s’enrichissent d’une meilleure connaissance de leur présence effective dans les eaux nord-européennes (Jean-Paul Moulin à propos de la baleine grise ; Fabrice Guizard sur les cétacés de l’Atlantique Nord), mais aussi de l’histoire du commerce de matières animales qui en étaient tirées, dans le cadre des colonies scandinaves au Groenland (cas de l’ivoire de morse ou de la corne de narval par Xavier Dectot).

Communication d'Olga Vassilieva

Communication d’Olga Vassilieva

Enfin l’étude de nombreux documents d’archives sur la consommation et la pêche, éclairés par les apports de l’archéozoologie, a constitué la dernière partie du colloque, entraînant elle aussi de nombreuses discussions passionnées. Frédérique Laget a dressé un vaste panorama économique et politique du développement de la pêche au hareng à la fin du Moyen Âge ; un des points les plus intéressants de son exposé concernait la gestion de la ressource halieutique et ses différentes réglementations, notamment la limitation des périodes de pêche. Marie Casset a étudié les comptes de la cour du duc de Bretagne en exil en Angleterre (1377-1378) pour analyser en détail les différentes espèces de poissons consommés sur cette riche table princière, où les jours maigres, réservés à la consommation du poisson, représentaient plus de la moitié du calendrier. Christophe Cloquier a quant à lui fait un inventaire des poissons exploités sur la côte picarde à la fin du Moyen Âge, en confrontant sources écrites et archéozoologiques.

***

L’un des objectifs du colloque était de croiser différentes approches thématiques et disciplinaires, afin de donner une vision la plus large possible de la connaissance de la faune marine septentrionale. Ce pari fut en grande partie réussi, à la fois par la variété des parcours des intervenants, mais également par la teneur des débats suivant chaque communication. Des synergies sont vite apparues entre historiens et biologistes et archéozoologues, pour tenter de répondre à cette question qui peut paraître élémentaire, mais qui peut contenir de nombreuses chausse-trappes : comment identifier une réalité zoologique derrière une description textuelle succincte, ou une représentation iconographique imprécise ? Ne s’agit-il pas le plus souvent de tentatives vaines ? L’autre synergie nécessaire consiste à confronter des données qui peuvent parfois paraître contradictoires : les sources historiques et les données archéologiques ou archéozoologiques. Dans les deux cas, chaque discipline a besoin de l’expertise de l’autre alors que les philologues ont besoin des compétences des biologistes pour identifier les espèces ou confirmer les comportements décrits dans les encyclopédies et autres traités d’histoire naturelle. Au vu des discussions plus informelles se poursuivant le soir entre les uns et les autres, nous sommes confiants dans la volonté des chercheurs d’échanger et partager leurs savoirs et leurs pratiques, dans un dialogue constructif inter-disciplinaire.

Photo de groupe du Colloque Ichtya 2017 à Cerisy

(De gauche à droite, rangs à partir du bas) 1er rang : Natalia Petrovskaïa, Jocelyn Coulon, Marie-France Moulin, Léa Torterotot. 2e rang : Olga Vassilieva, Mattia Cipriani, Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard, Marie-Agnès Lucas-Avenel, Benoit Clavel, Édith Heurgon. 3e rang (debout) : Andrea Genovese, Pierre Bouet, Pierre Bauduin, Jean-Paul Moulin, Jacqueline Leclercq-Marx, François Neveux. 4e rang (debout, derrière les piliers) : Maxime Delliaux, Xavier Dectot, Ludovic Dickel, Christophe Cloquier, Grégory Clesse, Sophia Hendrikx, Marie Casset, Marc Cossart, Cécile Rochelois.
Absents sur la photo : Thierry Buquet, Barbara Auger, Alban Gautier, Fabrice Guizard.

Actes

Les actes du colloque seront publiés sous la forme d’un numéro spécial d’Anthropozoologica, revue pluridisciplinaire sur les relations homme-animal, éditée par les Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle. Nous avons souhaité, en publiant les actes dans une revue internationalement reconnue, rendre publics les résultats de nos travaux le plus rapidement et le plus largement possible. Ainsi, le dossier final paraîtra en juin 2018, et les articles seront consultables en accès libre sur le site de la revue (http://sciencepress.mnhn.fr/fr/periodiques/anthropozoologica). Le volume accueillera également les contributions de chercheurs qui n’ont pas pu être présents à Cerisy.

Liens

Comment citer cet article : Thierry Buquet, « Bilan du colloque de Cerisy : Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales. Imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600 (31 mai-3 juin 2017) », dans Les Échos du Craham, 29/06/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1263, consulté le 23/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *