La fabrication de la teinture à l’époque romaine à partir du pourpre : l’étonnant site archéologique de Commes « le Dessous des Cotis »

Cet article est paru dans la Lettre de l’InSHS no 43, septembre 2016

Qui aurait pensé que les alentours de l’église de la petite commune de Commes (Calvados) livreraient des vestiges aussi originaux que ceux d’une teinturerie et d’une conserverie de l’ époque romaine ? Pas les propriétaires des terrains en tout cas, qui ont été bien étonnés en 2014 de mettre au jour d’importants éléments de maçonnerie à l’occasion de l’installation du réseau de voirie d’un futur lotissement. Cette découverte fortuite a entraîné la programmation d’une fouille de 4 mois étalée sur 2 ans (2015-2016) suivant l’avancée des travaux d’aménagement, en collaboration entre le Centre Michel de Boüard – Craham (UMR 6273) (Cécile Allinne, université Caen Normandie) et le Service régional de l’archéologie de Normandie (S. Pillaut et S. Quévillon).

Ce site archéologique, fouillé sur 4 500 m², se distingue par la très grande quantité de coquilles marines retrouvées, disséminées partout sur le sol et concentrées dans des fosses dépotoirs : des bigorneaux, patelles, moules, huîtres, mais surtout des pourpres  Nucella Lapillus (fig. 1). Au contraire des quatre autres espèces, le pourpre n’est pas une espèce consommée. Elle est par contre connue et utilisée à l’époque romaine pour ses propriétés tinctoriales, permettant d’obtenir une riche gamme de couleurs du gris-bleu au rose-violet. Même si c’est peu fréquent, ce n’est pas la première fois que de tels assemblages de coquilles, témoignant d’un travail de ­fabrication de teinture, sont mis au jour en France. Le caractère exceptionnel de ces découvertes tient au fait que ces restes étaient à Commes associés à des bâtiments artisanaux comprenant notamment des fours très originaux, liés à une étape clef de la transformation des coquillages. Le site revêt ainsi un intérêt majeur : il s’agit du seul cas, sur l’ensemble des provinces occidentales de l’Empire romain, à présenter, dans la chaîne opératoire de traitement des coquillages à pourpre, la phase de transformation et de réduction du liquide tinctorial en teinture. À l’échelle de la France, il s’agit aussi du seul atelier fouillé associant installations artisanales et dépotoirs.

Fig. 1 : Le pourpre de l’atlantique (Nucella Lapillus) sur le site archéologique

Fig. 1 : Le pourpre de l’atlantique (Nucella Lapillus) sur le site archéologique

Une usine de traitement des coquillages marins

Les vestiges se trouvent au bord de la mer, à 1 km à l’est de Port-en-Bessin, probable débouché portuaire de l’antique Bayeux ( Augustodurum), la capitale de cité, et à 900 m du littoral rocheux. Implanté sur un versant, le site est divisé en trois parties (fig. 2) : en bas de pente s’étend l’atelier dédié à la fabrication de la teinture pourpre, un entrepôt et un séchoir. En haut de pente, l’espace est dédié au traitement des coquillages consommables. Il comprend une grande cuisine d’environ 100 m², isolée dans un édifice abritant une batterie de cinq foyers et doté de deux autres fours extérieurs, et un second bâtiment, vraisemblablement une petite habitation. Une vaste cour, recoupée par de nombreux fossés et fosses dépotoirs remplis de coquilles (fig. 1), s’étend enfin au sud des différentes constructions. Dépassant de la bordure du chantier, on ne sait toutefois pas où elle s’achevait ni si elle bordait un autre espace bâti, car toutes les limites du domaine n’ont pas été cernées. Il pourrait s’agir d’une villa, dont seul le secteur productif aurait été dégagé, ou d’une partie d’un hameau artisanal où les structures de production seraient éparpillées entre les zones de vie. Il s’agit dans tous les cas d’une sorte de manufacture dédiée au traitement des coquillages marins, indifféremment ramassés sur le littoral proche, puis triés par espèces et transformés en fonction des ressources que chacune pouvait apporter. Le site a été en activité de la fin du Ier s. apr. J.-C. jusqu’au IVe s. au moins. Il a, durant ce laps de temps, fait l’objet de plusieurs phases de réaménagement, mais son activité principale est restée la même : l’exploitation des coquillages, dont les produits transformés pouvaient être commercialisés.

Fig. 2 : Plan général des vestiges antiques de Commes « le Dessous des Cotis »

Fig. 2 : Plan général des vestiges antiques de Commes « le Dessous des Cotis »

L’exploitation de la pourpre atlantique : des textes à l’archéologie

Le traitement du Nucella Lapillus pour ses propriétés tinctoriales est attesté par la façon très particulière dont les coquilles ont été brisées afin de récupérer sur l’animal la petite glande à partir de laquelle on obtient la couleur (fig. 1). La teinture se fabrique en faisant macérer les glandes écrasées dans une solution à base d’eau de mer et d’un adjuvant. Il faut ensuite faire chauffer le mélange pour concentrer la substance. La manière générale dont on obtient la teinture est connue grâce aux auteurs romains Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, livre IX « Des animaux marins » et livre XXXV « De la peinture et des couleurs ») et Vitruve (De architectura, livre VII, 13, 3 « De la pourpre »), et a été largement étudiée par les archéologues et les historiens des textes.

La lecture des textes latins décrivant les procédés de transformation des coquillages (du genre Murex essentiellement) en teinture fournit un éclairage sur la chaîne opératoire, mais ne donne jamais de description précise des ateliers. Pour les pourpres, qui ne sont pas des espèces méditerranéennes, c’est par comparaison avec leurs usages traditionnels sur la façade atlantique que les hypothèses sur leur utilisation en teinturerie dans l’Antiquité ont été élaborées, et testées ensuite en contexte expérimental.

L’archéologie reste ainsi la seule source disponible pour restituer les techniques de fabrication de la teinture et plus largement pour comprendre les enjeux économiques de cette activité. Les installations artisanales liées à la fabrication sont cependant extrêmement rares et souvent mal conservées. Elles comprennent, entre autres, des systèmes de foyers et de cuves destinés à faire réduire la solution colorante issue de la dilution des glandes tinctoriales, pour la concentrer. Pline l’Ancien explique qu’il faut faire chauffer le liquide, puis le maintenir autour de 50 °C, sans que le fond des récipients ou cuves se trouve en contact avec le feu, de manière à ce que la préparation n’attache pas. Pour que l’élévation en température et le phénomène de concentration soient homogènes, la chaleur ne doit pas être directe. C’est cette étape cruciale du procédé de transformation qui est illustrée à Commes. Deux fours jumelés ont été mis au jour dans le bâtiment 2 (fig. 2 et 3), interprété comme l’atelier de fabrication de la teinture. Leur architecture particulière correspond bien au type de cuisson indirecte décrite par Pline. Il s’agit de 2 cuves maçonnées, profondes de 50 cm, encadrant un foyer. Le feu était fait dans ce foyer central et ses braises récupérées pour garnir l’intérieur des cuves, dont les parois internes étaient plaquées d’argile. Des récipients (pots ou marmites) contenant le liquide tinctorial pouvaient alors être enfoncés dans le tapis de braises. Ces deux fours n’ont vraisemblablement pas suffi à assurer l’ensemble de la production, car au fil du temps, cinq autres foyers plus petits et moins sophistiqués ont été aménagés à proximité, quatre dans la cour jouxtant l’atelier et un dans une pièce adjacente du même bâtiment. Ils étaient à chaque fois situés à côté de petits dépotoirs de coquilles de pourpres, témoignant de l’importance donnée à cette activité dans les ressources du domaine de Commes.

Fig. 3 : Les cuves jumelées du four de l’atelier de fabrication de teinture (cl. Craham)

Fig. 3 : Les cuves jumelées du four de l’atelier de fabrication de teinture (cl. Craham)

À une trentaine de mètres au nord de l’atelier, une construction complémentaire a été dégagée (bâtiments 1 et 3). Il s’agit dans un premier temps d’un vaste édifice quadrangulaire aux murs dotés de contreforts ou doublés, interprété comme un entrepôt (bâtiment 1). L’intérieur de la pièce unique a été décaissé sur toute sa longueur, de manière à créer un vide sanitaire, qui devait être recouvert d’un plancher posé sur les banquettes de terre protégeant les fondations. Dans un second temps (bâtiment 3), l’espace utilisé a été réduit de moitié pour faciliter l’aménagement d’un séchoir. Bien que très arasé, son architecture générale peut être restituée. Il se compose au sol de deux socles de maçonneries entourant un foyer (fig. 4). Le feu était fait à l’extérieur, sur une plaque de terre cuite. Sa chaleur était ensuite diffusée par le conduit central vers le haut, sur chacun des socles latéraux. Un plancher pouvait recouvrir l’ensemble, ou bien des portiques pouvaient être disposés en rangées sur les maçonneries et au-dessus du conduit d’air chaud. En élévation, la structure devait être cloisonnée de manière à ce que la chaleur ne se dissipe pas. Que mettait-on à étuver dans ce petit local ? Des coquillages alimentaires préparés ? Des pots remplis d’une teinture presque fixée peut-être, ou bien des écheveaux de laine déjà teinte, suspendus à des perches et étirés grâce à des pesons de terre cuite, retrouvés en quantité autour du séchoir ?

Fig. 4 : Les vestiges du séchoir (soubassements et foyer central) (cl. Craham)

Fig. 4 : Les vestiges du séchoir (soubassements et foyer central) (cl. Craham)

Bien que le travail de terrain soit achevé, l’étude du site de Commes est loin d’être terminée. Les années à venir seront consacrées aux études en laboratoire de l’ensemble du mobilier mis au jour, dont les lots de céramique et les assemblages de coquilles. Sur les pourpres, cela permettra notamment d’évaluer les quantités collectées, l’état de santé des animaux et leur âge au décès, informations précieuses pour essayer de comprendre les rythmes de prélèvement des coquillages sur les côtes, et plus largement les formes d’exploitation des ressources naturelles du littoral.

Cécile Allinne, Craham, Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *