Les meubles et l’ameublement du VIe au XIIIe s. en Europe occidentale : archéologie, iconographie, textes

Cécile Lagane, Les meubles et l’ameublement du VIe au XIIIe s. en Europe occidentale : archéologie, iconographie, textes, thèse de doctorat, dir. Luc Bourgeois (Craham), soutenue à Caen le 12 décembre 2016

Mon travail de thèse est une étude croisée du mobilier meublant à partir de tous les types de sources disponibles pour le chercheur en sciences historiques. Trois corpus de données ont été rassemblés à cette fin, constitués de 253 objets bien datés, plus de 1000 images sur des supports variés et environ 450 citations issues de la littérature narrative vernaculaire et latine, ainsi que des actes de la pratique et sources normatives. Cette approche pluridisciplinaire permet d’établir un portrait le plus complet possible de ces objets du quotidien. Il s’agit en effet de dépasser les simples descriptions stylistiques dont les meubles médiévaux ont jusqu’ici fait l’objet et de les considérer dans leur intégralité. J’ai opéré, d’une part, une approche morphologique et technique des méthodes de fabrication des meubles, en particulier concernant les assemblages et les matériaux employés. D’autre part, j’ai voulu replacer l’objet dans son contexte d’utilisation, en mettant en avant les diverses manières d’employer les meubles et leurs variations géographiques, chronologiques et sociales.

Au commencement de ce travail, il a fallu prendre soin d’éviter les écueils dus à un projet à la géographie et à la chronologie ambitieuses et à des types de sources variées ayant chacune leurs spécificités. Les disparités entre les corpus, et au sein même de chaque corpus, rendent ainsi souvent difficile une étude pluridisciplinaire croisée, puisque les sources elles-mêmes ne sont pas toujours concomitantes. Toutefois, ce travail a mis en avant de nombreux éléments et a donné des résultats qui pourront être approfondis par la suite.

Tabouret, Haithabu (Schleswig-Holstein), IXe siècle (cl. K. Schietzel et Fl. Westphal)

Tabouret, Haithabu (Schleswig-Holstein), IXe siècle (cl. K. Schietzel et Fl. Westphal)

L’enquête étymologique s’est révélée particulièrement satisfaisante. Elle a permis d’établir une distinction nette entre les différents éléments de vocabulaire liés au meuble et d’éliminer certaines idées, établies au XIXe siècle et jamais remises en cause. L’analyse précise des mots et de leur évolution dans diverses langues donne un aperçu des usages et permet parfois d’appuyer certaines hypothèses. C’est notamment le cas du vocabulaire du lit en vieil anglais et en vieux norrois, qui insiste sur les éléments textiles du lit, avant qu’un glissement sémantique ne leur fasse désigner la structure solide du meuble.

L’analyse détaillée et en série d’un corpus important iconographique a par ailleurs donné des résultats très intéressants. L’enquête sur les influences antique et byzantine a permis de repérer des modèles de meubles directement inspirés des images méditerranéennes antiques et tardo-antiques et dont la réalité matérielle en contexte occidental est particulièrement contestable. Une fois ces formes stéréotypées identifiées, les autres éléments peuvent souvent être identifiés comme des structures existantes : soit par comparaison avec les objets, soit par les détails techniques d’assemblage représentés. L’identification des éléments originaux morphologiquement et chronologiquement « réalistes » reste toutefois délicate et ne peut être automatisée. Le contexte de fabrication de l’image reste particulièrement important dans son interprétation.

L’analyse des matériaux de construction des meubles a confirmé la prédominance du bois pour les pièces les plus grandes. Seuls les coffrets montrent une certaine diversité, pouvant être fabriqués intégralement en bois, en os, en ivoire ou en métal ou, plus souvent, être composés d’une âme de bois sur laquelle sont plaqués ces mêmes matériaux. En ce qui concerne les aspects techniques, on observe la pérennité d’un ou deux modes d’assemblage pendant toute la période étudiée, mais qui s’étendent bien au-delà de ces limites chronologiques. D’un point de vue typochronologique, les assemblages n’ont ainsi pas forcément donné les résultats escomptés. Il est en effet impossible d’associer ces principes techniques à une fourchette chronologique précise. L’analyse morphologique des types de meubles est souvent difficile à réaliser, car les corpus restent peu étoffés. Seuls les sièges, les coffres et les coffrets ont été conservés en nombre et permettent ce genre d’analyse.

Enfin, l’analyse détaillée de certains grands meubles, en particulier des armoires, a apporté des précisions intéressantes sur l’histoire et l’évolution de ces meubles souvent remarquables, ainsi bien sûr, que sur les principes de construction employés. En adoptant une démarche similaire à celle de l’archéologie du bâti, l’observation minutieuse des éléments constitutifs de ces meubles et de leur environnement a ainsi mis en avant des évolutions dans leur construction, qui ont mené au meuble tel que nous le voyons aujourd’hui. Dans le cas des armoires d’Aubazine (Corrèze) et de Bayeux (Calvados) en particulier, leur évolution s’est ainsi révélée bien plus complexe que ce qui en a été avancé depuis le XIXe siècle.

Armoire d’Aubazine (Corrèze), peut-être fin du XIIIe ou XIVe siècle (dessin C. Lagane)

Armoire d’Aubazine (Corrèze), peut-être fin du XIIIe ou XIVe siècle (dessin C. Lagane)

Ces résultats très satisfaisants constituent une première étape de l’étude des meubles médiévaux. Ils permettent d’établir quelques bases et critères d’analyse de ces objets composites particuliers. De nombreuses interrogations restent toutefois en suspens. L’une des plus importantes est la question des coffrets. La partie que je leur consacre reste inévitablement superficielle alors que ces éléments sont pourtant très nombreux dans les collections muséales, souvent bien datés, même stylistiquement, et aux origines connues. Ils mériteraient un travail qui leur soit dédié, à commencer par un inventaire des collections muséales ou des objets archéologiques dont le contexte est connu, s’affranchissant de typologies traditionnelles trop sommaires. Ceux-ci ne les considèrent qu’en fonction de leur matériau, de leur style décoratif, de leur origine ou de leur lieu de conservation, or il faudrait s’intéresser également aux critères techniques de construction. Grâce à des analyses croisées portant sur ces collections, il serait plus aisé d’identifier les éléments isolés mis au jour par l’archéologie.

La question de l’emploi de coffres en tant que structures funéraires n’a par ailleurs été abordée que brièvement, faute de temps. Il serait particulièrement intéressant de se pencher plus en détail sur cette pratique, qui est attestée du nord de l’Angleterre anglo-saxonne et au sud de la France de la fin du Moyen Âge et dont les spécificités sont encore mal connues.

Par ailleurs, les collections de meubles des établissements religieux mériteraient une analyse plus systématique de leurs éléments, notamment les coffres anglais, les coffres et armoires allemands et autrichiens ou encore les sièges scandinaves. Ces ensembles de meubles sont datés de la période médiévale sur des critères peu explicites. Une étude structurelle rigoureuse et systématique permettrait d’apporter de nombreuses précisions. Il est par ailleurs indispensable de dater les meubles de manière précise et d’analyser divers éléments d’un même objet, en particulier sur les meubles les plus imposants, afin d’en déterminer l’origine ainsi que les transformations progressives. Il est dommage que des meubles tels que les armoires d’Aubazine ou de Bayeux n’aient jamais fait l’objet de telles analyses et soient uniquement datés par leur environnement architectural.

Siège de l’église de Tyldal (Norvège), datée stylistiquement de la seconde moitié du XIIe siècle (cl. C. Lagane)

Siège de l’église de Tyldal (Norvège), datée stylistiquement de la seconde moitié du XIIe siècle (cl. C. Lagane)

Ces analyses permettraient par ailleurs d’apporter des indices concernant le matériau même, au-delà de sa datation. Établir avec précision les matériaux employés et, dans le cas du bois, l’essence choisie et la manière de le découper, donnent de nombreuses indications en lien avec leur obtention et leur traitement avant la fabrication du produit fini. Les difficultés d’accès aux objets et mon propre manque d’expérience concernant le travail du matériau m’ont contrainte à une étude relativement superficielle de cette question. Elle mériterait cependant une enquête plus approfondie, à la fois dans l’identification systématique des essences employées, mais également dans l’analyse des techniques de découpe du bois, permettant une approche thématique du travail du charpentier et du menuisier. Il serait notamment intéressant de localiser précisément l’origine des matériaux, d’identifier les traces d’outils employés dans la taille et le façonnage du bois et la manière d’effectuer ces opérations, voire, éventuellement, de déterminer et de localiser des ateliers de fabrication.


Cécile Lagane est docteur en archéologie et membre associé du Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1021

Comment citer cet article : Cécile Lagane, « Les meubles et l’ameublement du VIe au XIIIe s. en Europe occidentale : archéologie, iconographie, textes », dans Les Échos du Craham, 02/03/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1205, consulté le 28/07/2017, ISSN : 2552-3139.


Cécile Lagane

Docteure en archéologie médiévale Chercheuse associée au Craham

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *