Obtention d’une chaire mobile au Québec – accueil de Jean Soulat au CELAT et au Groupe de Recherche en Archéométrie de l’Université Laval (GRAUL)

Grâce à l’obtention d’une chaire mobile en septembre 2016 délivrée par le CELAT, Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions, et l’Université Laval, J. Soulat sera accueilli au Québec du 11 au 31 mars 2017.

Recherches sur le mobilier non céramique outre-Atlantique d’époque coloniale

Membre associé au Craham depuis 2008 et chercheur associé au sein du laboratoire d’archéologie historique/GRAUL de l’Université Laval depuis 2016, J. Soulat mène depuis 2013 des recherches sur l’étude du petit mobilier dans les contextes outre-Atlantique. Ces dernières ont permis de constituer des référentiels de sites et des corpus d’objets qui servent à l’élaboration de parallèles systématiques entre la métropole et les colonies. Dans ce cadre, avec le partenariat de l’Université Laval et le Craham, en collaboration avec A. Gelé (doctorante à l’Université Laval) et A. Bonneau (post-doctorante à l’Université Laval), un projet de recherche sur ce thème et centré sur les contextes coloniaux d’ Amérique du Nord, des Antilles et de Guyane a été développé. À travers l’étude de collections, ce projet a pour but d’essayer de percevoir l’existence d’une culture matérielle française à part entière aux XVIe-XIXe siècles et ainsi de différencier ces corpus de ceux originaires des autres pays européens (Angleterre, Allemagne, Pays-Bas ou Espagne).

Outre la recherche de parallèles, c’est surtout la diffusion de ce mobilier originaire de métropole et les questions autour de sa production avec la mise en évidence de possibles marques de fabrique qui intéressent les participants au projet.

Bague de foi ou de fiançailles des XVIIe-XVIIIe siècles de Bezannes, Marne que l’on rencontre beaucoup en Amérique du Nord (© Laboratoire LandArc)

Bague de foi ou de fiançailles des XVIIe-XVIIIe siècles de Bezannes, Marne que l’on rencontre beaucoup en Amérique du Nord (© Laboratoire LandArc)

Les armes ou objets liés à l’armement, les éléments de parure ou encore les ustensiles de table sont au cœur des travaux menés jusqu’à maintenant par J. Soulat. Il a ainsi eu l’occasion d’étudier certaines catégories d’objets provenant des épaves de la Natière (Saint-Malo) dans le cadre de la préparation monographique du site dirigée par E. Veyrat (Ministère de la Culture). De plus, le mobilier métallique de l’habitation-plantation Macaille (Anse-Bertrand, Guadeloupe) datant du XVIIIe siècle est en cours d’étude dans le cadre d’un projet de recherche dirigé par N. Tomadini et J. Ros, avec le concours du Museum National d’Histoire Naturelle de Paris et du Service régional de l’archéologie de Guadeloupe.

Fragment de monture d’épée d’infanterie française du XVIIIe siècle de Macaille (Guadeloupe) (© Hadès, I. Gabriel)

Fragment de monture d’épée d’infanterie française du XVIIIe siècle de Macaille (Guadeloupe) (© Hadès, I. Gabriel)

Depuis 2015, J. Soulat s’est investi dans l’étude de l’écaille de tortue marine et des objets découverts en métropole manufacturés dans ce matériau exotique. Dans le cadre d’une collaboration avec C. Solazzo (géochimiste, Museum Conservation Institute du Smithsonian Institution Museum, États-Unis), plusieurs peignes en écaille datant du XVIIIe siècle et issus de tombes (La Rochelle, Lyon) ou de remblais (Paris) ont été analysés dans le but de déterminer l’espèce exacte de tortue marine, en l’occurrence la tortue imbriquée originaire des Petites Antilles. D’après les archives, ces écailles transportées par tonneaux arrivaient en France par un réseau commercial secondaire en lien avec des commandes spécifiques, des échanges diplomatiques et de la fraude.

Programme du voyage d’étude à Québec

Ce voyage d’étude va être l’occasion d’échanger avec les chercheurs et les étudiants sur place autour des études de culture matérielle coloniale et du mobilier non céramique. Dans ce cadre, quatre conférences vont être présentées au sein de trois universités différentes :

  • Conférence CELAT, le mercredi 15 mars à Montréal, à l’UQAM (40 min) : L’utilisation de l’ écaille de tortue dans la marqueterie Boulle : le cas de l’atelier du Louvre à Paris au début du XVIIIe siècle

Les termes « marqueteur » ou « marquetier » désignent depuis le XVIe siècle l’artisan qui découpe le placage de bois ou d’autres matières, pour composer des décors appliqués et collés sur un support de bois (meubles, coffres, etc.). Ces bois de rapport sont débités en feuillets d’un à quatre millimètres d’épaisseur, suivant l’époque ou le style de l’ouvrage, et sont associés à des placages de différentes matières comme l’écaille de tortue, l’ivoire, la nacre, l’os ou les métaux. L’utilisation de feuilles d’écaille de tortue marine dans l’ornementation luxueuse de meubles en marqueterie et ébénisterie connaît un essor très important en France sous le règne de Louis XIV grâce à A.-C. Boulle. L’écaille des tortues marines est l’un des matériaux essentiels dans le style des marqueteries Boulle. En 1983, les fouilles de la Cour Napoléon du Grand Louvre à Paris ont révélé la présence de l’atelier Boulle et de nombreux restes en écaille de tortue marine, qui ont pu être étudiés et confrontés aux meubles conservés au Musée du Louvre.

  • Atelier, le vendredi 17 mars à Québec, à l’Université Laval (3h) : Méthodologie d’étude des menus objets des XVIe-XVIIIe siècles en France et caractérisation des connexions transatlantiques entre la métropole et les colonies

Cet atelier permettra de partager une expérience professionnelle acquise en France concernant l’étude des menus objets et d’offrir ainsi une interaction entre chercheurs et étudiants autour de la culture matérielle. L’atelier sera animé de façon à favoriser l’interaction entre participants et se développera en plusieurs points :

– Présentation du laboratoire LandArc et de ses activités
– Méthodologie d’étude des menus objets au sein du laboratoire LandArc (présentation d’un corpus d’étude, analyse visuelle aidant à l’identification, mise en place d’un inventaire technique, couverture iconographique, étude, remise en contexte et synthèse, restauration du mobilier)
– Appréhension des grandes catégories fonctionnelles à travers des études de cas
– De l’objet brut à la radiographie
– Présentation d’un inventaire technique détaillé servant de point de départ à l’étude
– Méthodologie de recherche de comparaison en bibliographie
– Etudes de cas d’objets français découverts outre-Atlantique : le cas de Macaille

  • Conférence publique, le vendredi 24 mars à Québec, à l’Université Laval (40 min) : Artisanat de l’écaille de tortue marine en métropole : témoin de l’exotisme des Petites Antilles aux XVIIe-XVIIIesiècles

En lien avec l’étude des objets manufacturés en écaille de tortue marine, notamment sur la Cour Napoléon, il est primordial de s’intéresser aux régions d’origine de ces tortues et à leur acheminement vers la métropole. En relation avec le 2e axe de recherche du CELAT « Les narrations de la diversité et du vivre-ensemble », et en particulier le thème 3 qui, entre autres, met en relation les récits de voyage en contextes coloniaux et les données archéologiques, on peut évoquer plusieurs récits de chroniqueurs français comme Charles de Rochefort (1658), Jean-Baptiste du Tertre (1667) ou encore Jean-Baptiste Labat (1722) qui rapportent que les tortues marines sont fortement représentées aux Antilles durant les XVIIe-XVIIIe siècles. Elles servent à fabriquer de nombreux éléments comme l’évoque Charles de Rochefort : « de beaux peignes, tant de belles coupes, de riches boîtes, de cassettes, de petits buffets… et enrichit aussi les meubles des chambres, les bordures des miroirs, et des tableaux ».

Chasse à la tortue marine aux Petites Antilles (© Du Tertre 1667, tome 2, p. 245).

Chasse à la tortue marine aux Petites Antilles (© Du Tertre 1667, tome 2, p. 245).

  • Conférence CELAT à Chicoutimi, à l’UQAC (date à définir) (40 min) : Les connexions transatlantiques entre la métropole et les colonies (Amérique du Nord et Antilles) aux XVIe-XVIIIe siècles à travers les menus objets

L’intérêt est de présenter les menus objets d’origine française datés des XVIe-XVIIIe siècles découverts dans les colonies transatlantiques (Amérique du Nord et Antilles) en les comparant à ceux qui sont localisés en métropole. L’objectif est surtout de savoir si ce mobilier est produit puis diffusé à grande échelle créant ainsi un phénomène de standardisation ou si au contraire il est fabriqué au sein de divers ateliers développant ainsi des productions régionales caractéristiques. Dans cette optique, il s’agit d’établir un cadre typologique aidé par des cas de menus objets spécifiques propres à des catégories fonctionnelles soulignant une forme ou un style ornemental qui appartient à la culture matérielle française des XVIe-XVIIIe siècles. La présence de ces menus objets français retrouvés en Amérique du Nord et dans les Antilles s’explique par la politique coloniale métropolitaine et l’installation des colons dès le XVIe siècle comme c’est le cas sur le site de Cartier-Roberval, occupé entre 1541 et 1543.

En complément de ces conférences, plusieurs recherches vont être abordées :

  • Développement du projet « connexions transatlantiques » avec la collaboration d’A. Gelé et A. Bonneau à l’Université Laval. Il s’agira de rédiger le manifeste et prévoir l’organisation de futures table-rondes à Caen et à Québec.
  • Recherches bibliographiques sur les menus objets au sein de la bibliothèque du laboratoire d’archéologie historique de l’Université Laval mais également dans la bibliothèque de l’Université. En effet, en France, certains ouvrages canadiens et américains sont introuvables.
  • Examiner les collections de menus objets de certains sites clés comme Palais de l’Intendant, Place Royale ou Cartier-Roberval. Pour ce dernier, et au moins pour le mobilier métallique, un relevé photographique systématique est préconisé ainsi que la mise en place d’un premier inventaire par catégorie fonctionnelle dans le but d’un premier examen.

Références bibliographiques

H. Côté, « The archaeology collection from the Cartier-Roberval site (1541-43): a remarkable testimony to French colonization efforts in the Americas », in W. Moss (ed.), The recent archaeology of the early modern period in Québec City, A special issue of Post-Medieval Archaeology, The Journal of the Society for Post-Medieval Archaeology, vol. 43, part 1, 2009, p. 71-86.

M. L’Hour, E. Veyrat, Un corsaire sous la mer, les épaves de la Natière, Campagne de fouille 2000-2004, 5 vol., 2000-2004.

C. Marier, Les menus objets de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 95. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1996.

C. Mercier, Bijoux de pacotille ou objets de piété ? Les bagues dites « jésuites » revisitées à partir des collections archéologiques du Québec, Mémoire de maîtrise en archéologie, Université Laval, Québec, 2011.

M. Moussette, Le site du Palais de l’Intendant à Québec. Genèse et structuration d’un lieu urbain, Septentrion, 1994.

M. Moussette, G. Waselkov, Archéologie de l’Amérique coloniale française, Lévesque éditeur, 2014.

J. Soulat, Fourquine, support pour mousquet européen (fin XVIe -1re moitié du XVIIe s.) : de la gravure militaire à l’archéologie, Cahier LandArc, 10, août 2015.

J. Soulat, « Les réchauds en alliage cuivreux dits « chafing dish » des XVIe-XVIIIe siècles en contexte archéologique : typologie, fonction et diffusion », Bulletin Instrumentum, 41, juin, 2015, p. 40-44.

J. Soulat, avec la collaboration de C. Solazzo, « Des Caraïbes à la Métropole : artisanat et commerce des peignes en écaille de tortue marine à l’époque coloniale », Journal of Caribbean Archaeology, 2016, 16. En ligne : https://www.flmnh.ufl.edu/jca/issues/

J. Soulat, « Artisanat de l’écaille de tortue marine aux XVIIe-XVIIIe siècles sur le site de la Cour Napoléon, Grand Louvre, Paris (1er arr.) », Revue archéologique d’Île-de-France, 9, 2017, à paraître.

 


Jean Soulat est ingénieur d’études, Laboratoire LandArc, spécialiste du petit mobilier de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine et membre associé du Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article463

 

Comment citer cet article : Craham, « Obtention d’une chaire mobile au Québec – accueil de Jean Soulat au CELAT et au Groupe de Recherche en Archéométrie de l’Université Laval (GRAUL) », dans Les Échos du Craham, 15/02/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1186, consulté le 24/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *