Compte rendu des conférences de Laurent Verslype à l’Université de Caen – 30 janvier – 1er février 2017

Laurent Verslype, professeur d’archéologie à l’Université catholique de Louvain (UCL) et directeur du Centre de recherches en archéologie nationale (CRAN) a été professeur invité à l’université de Caen à la fin du mois de janvier et au début du mois de février, dans le cadre d’un échange européen Erasmus. Les quatre conférences suivies par les étudiants et chercheurs de Caen ont fourni un riche panorama de ses recherches en Belgique et dans le Nord de la France, qui couvrent une période allant de la fin de l’Antiquité à l’époque moderne. Ce billet en fournit les grandes lignes.

Ville en mouvement, fleuve immobile ? Naissance et développement de Tournai de l’ Antiquité au XIXe s. Comme dans d’autres villes, le fleuve constitue un acteur majeur du développement de Tournai. Dès le Haut-Empire romain, une agglomération secondaire active s’inscrit à l’extrémité d’un passage étroit de la vallée de l’Escaut, entre deux secteurs marécageux. La qualité de la pierre calcaire dans ce secteur et un franchissement aisé du fleuve ont facilité le développement d’un carrefour routier et d’une zone urbanisée d’une quarantaine d’hectares, principalement en rive gauche mais avec une tête de pont en rive droite et un ensemble portuaire satellite au sud. Au Bas-Empire, Turnacum devient chef-lieu de cité, au détriment de Kassel. Si le port est abandonné et si l’agglomération se rétracte vers un castrum dès le second quart du IIIe siècle, elle devient le siège d’une fabrique textile militaire et le bâti est alors totalement reconstruit en pierre. L’installation d’un siège royal franc dès le premier tiers du Ve s. et la création d’un vaste évêché à la fin du même siècle (même si Tournai devient rapidement un siège épiscopal secondaire) assurent la prééminence régionale de la ville. Les fouilles menées récemment dans l’environnement de la tombe de Childéric (†481) et les importantes opérations effectuées dans et autour de la cathédrale et dans les cimetières et édifices funéraires suburbains viennent matérialiser ces pôles de pouvoir. Mais c’est aussi la mise en série de découvertes ponctuelles qui a permis de mieux apprécier la topographie urbaine médiévale. Une analyse systématique du fond de vallée vient également restituer le remblaiement progressif des rives, corollaire d’un fort alluvionnement du lit du fleuve. Cette lecture entre urbanisme et environnement dévoile de manière lumineuse le rôle du fleuve comme atout et contrainte du développement de la ville.

Culture matérielle et établissements mérovingiens aux confins de l’Austrasie et de la Neustrie. L’évolution des territoires situés entre le nord de la France et la plaine flamande a permis de brosser un vaste panorama de l’extension de l’aire franque vers l’ouest et le sud. Les groupes germaniques présents le long de la mer du Nord et dans la région Rhin-Weser ont subi une détérioration de leurs conditions d’existence sur le littoral et une pression saxonne en Frise orientale et en Drenthe qui ont entrainé la multiplication des migrations et des incursions en Gaule après 172/174. À partir du IIIe s., on note l’apparition de traits adaptés de la culture germanique (maisons-étables sur poteaux, mobilier de tradition saxonne ou frisonne) dans des contrées situées à l’ouest de l’aire de dispersion primitive de ces groupes. Malgré une réorganisation de la défense romaine, cette présence germanique s’accroît avec la chute du limes sous Valérien (253-259) et l’établissement des Francs continentaux par l’Empire en pays batave (293-294) puis en Toxandrie (342). L’émergence d’une culture gallo-franque se perçoit en particulier dans les coutumes funéraires, les fouilles d’habitat restant peu nombreuses dans l’étendue de l’actuelle Belgique. Ce territoire se structure politiquement avec l’apparition de rois francs alliés à Rome (Clodion puis Childéric Ier) et l’émergence d’une élite guerrière est fortement attestée par la multiplication des tombes privilégiées, sépultures fondatrices ou points d’attraction des nécropoles ou des édifices funéraires. La réoccupation de villae, ignorant parfois les anciens bâtiments, comme le dynamisme économique de vieux vici comme Namur, Huy ou Maastricht illustrent des formes de continuité (au moins topographique) dans ces pôles traditionnels. Enfin, les résultats récents des archéosciences ont révélé un monde économique plus ouvert qu’on ne le pensait, en particulier pour l’importation massive de grenats indiens et sri-lankais, relayée à partir de 625 par des pierres originaires du Portugal et de Bohême.

Le site castral de Walhain-Saint-Paul : environnement, architecture, archéologie (XIIIe-XVIIs.). Chantier-école de l’Université de Louvain-la-Neuve et de l’Eastern Illinois University, le château de Walhain constitue un terrain de formation depuis de nombreuses années. Établi aux confins du duché de Brabant et du comté de Namur et sur la ligne de partage des eaux de la Meuse et de l’Escaut, ce territoire abrite une villa dès 946 mais l’éperon qui domine une confluence marécageuse n’est véritablement mis en valeur qu’aux XIe-XIIe s., comme en témoignent un réseau de drainage et l’attestation indirecte de l’agriculture et de l’élevage sur le site. La résidence d’un lignage de ministériaux des ducs de Brabant se développe lentement avec la construction d’un donjon circulaire dans la seconde moitié du XIIe s. puis, par étapes, d’une courtine rythmée de tours et d’un châtelet d’entrée, entre les années 1220 et le début du XIVe s. Le château-cour envisagé est toutefois réalisé à l’économie. Une basse cour rectangulaire abritant une ferme le complète dès le XIIIe s. Devenu la propriété des futurs comtes de Glimes en 1435, le château de Walhain voit sa vocation résidentielle s’accroître avec la construction de logis et d’annexes adossés aux courtines (fin du XVe s.- av. 1527) puis leur reconstruction (1536-années 1560). Ces bâtiments sont transformés jusqu’au XVIIIe s mais la ferme associée et la résidence du bailli sont déplacées hors du château dans le courant du XVIIe s., scellant la décadence de l’espace fortifié. Les études géomorphologiques et paléo-environnementales, combinées à des fouilles ponctuelles, à l’analyse du bâti et au dépouillement de riches fonds d’archives permettent désormais de restituer l’origine et la destinée de ce château aux vestiges assez modestes.

« Ad portum cui nomen est Quentavic ». Environnement et archéologie du site portuaire mérovingien et carolingien de Quentovic. Cette dernière conférence a dressé un bilan du projet collectif de recherche consacré à cet ensemble portuaire majeur, bien documenté par les sources écrites haut-médiévales et la numismatique mais dont la réalité a longtemps échappé à l’archéologie. Établi au fond de l’estuaire de la Canche, ce vicus est depuis les années 1980 localisé autour de Visemarest (c. de La Calotterie, Pas-de-Calais). L’estuaire constitue depuis l’Antiquité une porte ouvrant sur la Manche, comme en témoigne entre autres le développement du pôle d’Étaples au Bas-Empire mais c’est au tournant des VIe et VIIe s. que le portus, wic/vicus ou emporium de Quentovic prend son essor. Il connaît son apogée aux IXe-Xe s. Ce complexe polynucléaire comprend le monastère de Saint-Josse, concédé à Ferrières-en-Gâtinais par Charlemagne, le vaste fisc d’Attin en rive droite, une cella de l’abbaye de Fontenelle (à Montreuil-sur-Mer ?) et le complexe portuaire de fond de vallée, l’ensemble étant complété par plusieurs riches nécropoles. Avant le développement d’importants cordons dunaires, le rivage marin était très en retrait de la ligne de côte actuelle. Les deux vastes chantiers menés aux abords de Visemarest ont révélé, autour d’un point de rupture de charge, un chenal aménagé au sud duquel se développe une agglomération dont le plan se structure fortement à partir des années 675-750 : des parcelles orthogonales bordées de chemins abritent des bâtiments sur poteaux plantés ou sablières, des structures excavées et de nombreux puits qui livrent un mobilier de qualité (profils fauniques proches de ceux d’autres ports, tels Hamwic, sceattas produits localement, objets d’importation, travail du métal et des matières osseuses animales, etc.). Ce pôle portuaire majeur connaît un transfert progressif vers l’éperon voisin de Montreuil-sur-Mer, fortifié avant 921. C’est probablement dans ce site qu’il faut localiser la production des dernières émissions monétaires au nom de Quentovic, frappées au nom de Robert le Pieux.

Inaugurant la convention Erasmus récemment signée entre les deux universités, cet échange a révélé les nombreuses convergences existant entre les recherches menées à Louvain-la-Neuve et les programmes du Craham. Un échange enseignant de Caen vers Louvain se déroulera dans quelques mois et il faut espérer que de nombreux étudiants viendront dynamiser ces liens au cours des prochaines années.


Luc Bourgeois est professeur d’archéologie médiévale et directeur-adjoint du Centre Michel de Boüard, Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article718

Comment citer cet article : Luc Bourgeois, « Compte rendu des conférences de Laurent Verslype à l’Université de Caen – 30 janvier – 1er février 2017 », dans Les Échos du Craham, 10/02/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1150, consulté le 24/09/2017, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *