Compte rendu de la soutenance de thèse d’Astrid Noterman, « Violation, pillage, profanation… »

astrid1Le mercredi 22 décembre 2016, dans la salle Crozet du CESCM à Poitiers, Astrid A. Noterman a soutenu sa thèse de doctorat d’Histoire médiévale intitulée : « Violation, pillage, profanation : la perturbation des sépultures mérovingiennes au haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècle) dans la moitié nord de la France ».

La composition du jury de cette soutenance était la suivante :

  • Cécile TREFFORT (Professeure à l’Université de Poitiers, directrice de thèse)
  • Cécile CHAPELAIN DE SERÉVILLE-NIEL (Ingénieure de recherches – CNRS et co-directrice de thèse)
  • Brigitte BOISSAVIT-CAMUS (Professeure à l’Université Paris 10-Nanterre, rapporteur)
  • Dominique CASTEX (Directrice de recherche-CNRS, rapporteur)
  •  Alain DIERKENS (Professeur à l’Université libre de Bruxelles, président de jury)
  • Laurent VERSLYPE (Professeur à l’Université catholique de Louvain).

Dans le cadre de sa thèse (vol. 1 : 571 p., vol. 2 : 260 p. + CD), A. Noterman s’est intéressée aux perturbations anthropiques communément nommées « pillages » et très régulièrement observées au sein des nécropoles mérovingiennes (entre le VIe et le VIIIe siècle, en France). Les études traitant ce sujet sont très anciennes, parfois même obsolètes, et ont principalement été menées par des chercheurs étrangers, bien que ce phénomène soit largement reconnu par tous les archéologues et les historiens des textes. En effet, les chercheurs français sont très peu nombreux à s’être penchés récemment sur le phénomène du pillage des sépultures. Ces études anciennes associent à la pratique des réouvertures de sépultures des phénomènes tels que la cupidité ou le vol du mobilier le plus précieux,  qui peuvent constituer des incitations, ou au contraire, la peur des morts, qui s’avère dissuasive ; elles ne s’accompagnent toutefois pas d’études critiques et statistiques. L’objectif principal de ce doctorat était donc de mener une réflexion nouvelle sur ce phénomène tout en s’appuyant sur des données archéologiques et ostéologiques récentes, mais également sur les sources textuelles.

Dessin par P.Y. Videlier dans F. DELRIEU, 2011, p. 84

Dessin par P.Y. Videlier dans F. DELRIEU, 2011, p. 84

Cette thèse fournit, dans un premier temps, une étude historiographique du phénomène depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 2000, mais aussi un recensement des sources écrites et  archéologiques antiques et tardo-antiques dans le but de mieux appréhender une pratique qui deviendra récurrente à l’époque mérovingienne. La candidate a également présenté dans son travail une terminologie des mots employés, en France et à l’étranger, pour décrire les remaniements sépulcraux. À la suite d’une présentation du cadre historique et géographique de cette recherche, Astrid Noterman a proposé une discussion importante concernant les méthodes d’enregistrement des sépultures perturbées en contexte archéologique et leur intégration aux rapports de fouilles. Les apports de ce travail ont été notamment de proposer l’adaptation d’une fiche d’anthropologie de terrain spécifique aux perturbations sépulcrales ainsi que l’élaboration d’une base de données regroupant les sites étudiés dans ce projet. Ce recensement important permettra, à terme, de traiter statistiquement les informations et ainsi de dégager les spécificités des perturbations. L’étude anthropologique et archéologique des sépultures remaniées s’appuie sur un échantillon de 30 sites archéologiques, pour lesquels les techniques de pillage et leur conséquences sur l’architecture funéraire ont été attentivement observées. Une analyse a également été effectuée sur le mobilier prélevé par les pilleurs et sur les atteintes des squelettes en essayant, en particulier, d’interpréter les manques osseux dans ces sépultures. À l’issue de l’analyse de plus de 600 sépultures perturbées, la candidate s’est attachée à déterminer l’identité des auteurs des pillages ainsi que la chronologie des réinterventions, en s’appuyant sur les sources textuelles et archéologiques. Enfin elle a recensé et critiqué les nombreuses interprétations associées aux remaniements sépulcraux, en France et à l’étranger.
À l’issue de sa recherche, la candidate explique que la diversité des cas de remaniements sépulcraux observés en Gaule mérovingienne montre que le vol cupide de beaux objets ne peut expliquer à lui seul l’ensemble des réouvertures. Le terme « pillage », employé systématiquement pour expliquer la perturbation des sépultures à l’époque mérovingienne, est ainsi en partie remis en question.
Deux grands temps composaient cette soutenance de quatre heures trente. Le premier fut consacré à l’exposé de la thèse par l’auteure pendant une vingtaine de minutes. Astrid Noterman a débuté par une présentation de son sujet de thèse, et de son cheminement intellectuel dans le choix d’un si vaste sujet. Après avoir résumé sa démarche, son étude et ses résultats, la candidate a également exposé les perspectives de cette recherche. Bien que son travail ait apporté plus de questions que de réponses, il s’est toutefois révélé d’une grande richesse sur la compréhension de cette pratique et sur la perception des croyances des populations passées. Au travers de projets de recherches dans le cadre de PCR (projets collectifs de recherche), la candidate espère ainsi poursuivre ses études et son recensement des remaniements sépulcraux.
astrid3Le deuxième temps de la soutenance concerna les interventions des membres du jury, souvent sous forme de questions et de discussions avec parfois quelques critiques sur le fond et la forme de ce travail.
Le jury a avant tout souligné la qualité de la thèse, l’importance du travail effectué et le sérieux de la candidate. Ils ont également apprécié le soin apporté à la rédaction et à son illustration.
Les critiques énoncées ont porté principalement sur la structuration du plan. Tous les intervenants sont revenus sur ce point en essayant de décortiquer et de proposer des alternatives en vue d’une publication de la thèse. S’agissant d’un plan complexe avec une importante variété de sources, il sera nécessaire à la candidate de le retravailler. Les membres du jury ont également regretté le manque d’analyses statistiques et de tableaux récapitulatifs des sites étudiés.
Après une courte délibération, les membres du jury ont octroyé à Astrid Noterman le titre de Docteur en sciences de l’espace et du temps, à l’Université de Poitiers.


Julia Pacory est doctorante, allocataire régionale au Craham.

Comment citer cet article : Julia Pacory, « Compte rendu de la soutenance de thèse d’Astrid Noterman, « Violation, pillage, profanation… » », dans Les Échos du Craham, 26/01/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1120, consulté le 28/07/2017, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *